Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2019

La folie du globalisme

Pour une raison quelconque, The Browser renvoie à ce court article de Branko Milanovic, qui demande: «Quel est le meilleur moyen de parvenir à une telle réduction de l'inégalité entre les personnes?» Il répond:

La théorie économique, le bon sens et des exercices de simulation montrent clairement que la meilleure façon de le faire est de permettre la libre circulation des personnes.

Ah, mais si vous êtes Branko Milanovic, économiste et spécialiste des inégalités, vous vous interrogez sur une découverte de Gallup montrant que si la liberté de circulation était absolue, certains pays «pourraient perdre jusqu'à 90% de leur population» et donc "Peut cesser d'exister."

Alors, quoi? -Il pourrait être demandé. Si le Tchad, le Libéria et la Mauritanie cessent d’exister parce que tout le monde veut s’installer en Italie et en France, pourquoi s’inquiéter: les gens ont librement choisi d’être mieux lotis en Italie et en France, et c’est tout. Mais alors, pourrait-on demander, la disparition de pays ne signifierait-elle pas aussi la disparition de cultures, de langues et de religions distinctes? Oui, mais si les gens ne se soucient pas de ces cultures, langues et religions, pourquoi devraient-ils être maintenus?

Détruire la variété des traditions humaines n’est pas sans coût, et je peux comprendre que l’on puisse penser que le maintien de la diversité des langues et des cultures n’est pas moins important que le maintien de la diversité de la flore et de la faune du monde, mais je me demande qui doit en supporter le coût de ça. Les habitants du Mali devraient-ils être obligés de vivre au Mali parce que quelqu'un à Londres pense qu'une partie de l'existence humaine serait perdue s'ils venaient tous en Angleterre?

Il a tout ça à l'envers. Les Anglais, les Italiens et les Français qui vivent déjà en Angleterre, en Italie et en France n’ont-ils pas leur mot à dire? Les habitants d'Angleterre, de France et d'Italie devraient-ils être contraints de perdre leur pays et sa culture, car des dizaines de millions de personnes du tiers monde préfèrent quitter leurs pays misérables pour s'installer dans des pays où ceux qui y vivent depuis des siècles bien meilleur endroit pour vivre?

Il est vraiment très étrange que l'opinion de la population dont les pays seraient envahis par des étrangers qui ne partagent pas leur histoire ou leur culture ne soit pas prise en compte dans l'analyse de cet économiste. Les indigènes perdraient leur nation en tant que nation. Peu m'importe si le Mali ou la Mauritanie cessent d'exister en tant que nations car tous les Maliens et les Mauritaniens sont partis pour l'Europe. Je ne blâme pas les autres de s'inquiéter, remarquez, mais je ne le fais pas. Mais je beaucoup attention si la Grande-Bretagne, la France ou l'Italie cessent d'exister sous quelque forme que ce soit parce qu'ils ont été submergés par des envahisseurs de cultures très différentes. Cela nous dit quelque chose d'important, très probablement, que cet économiste universitaire n'a pas pensé se préoccuper de ce que les envahisseurs risquent de perdre si son rêve d'un mouvement libre et sans entrave des peuples se réalisait.

Voir la vidéo: Raphaël Liogier - Buddhism and the Hypothesis on Individuo-globalism (Décembre 2019).

Laissez Vos Commentaires